Nacer Meghenine, président de l'association SOS-Bab-El-Oued

Rêve, solidarité et espoir de Nacer trouvés lors de la perquisition à SOS-Bab-El-Oued.

Dans leur discours quotidien, les missionnaires de la présidence algérienne évoquent la société civile et la place du mouvement associatif. Mais seules sont dotées des ressources, qui aspirent la rente, celles des larbins. Celles proches du peuple sont écartées des médias et ne voient pas retour de leurs laboureuses activités. Voici un cas de la conscience citoyenne dont se targuent les protestataires du Hirak, la révolte qui va sur sa troisième année.

Arrêté lors de la manifestation du Hirak du vendredi, 17 avril 2021, Nacer Meghenine président de l’association Sos Bab-El-Oued n’a toujours pas été relâché. Aux dernières nouvelles, il est mis en prison, placé sous mandat de dépôt, en attendant son jugement, dont la date est encore et aussi inconnue.

Alors que nombreux de ses amis et membres de sa famille l’attendaient, le reproche qui lui est exactement fait par les magistrats n’est pas encore élucidé. Son arrestation est celle qui dépasse tout entendement, elle démontre que les tenants du régime se conduisent en sbires qu’un inqualifiable autocratie.

En effet le pouvoir algérien qu’incarne le chantre de la bureaucratie, ne sait plus où donner de la tête. Alors qu’il est complètement décrié, les manifestants sont encore plus tenaces. En dépit des démonstrations de la présence en force des services de sureté, les jeunes récalcitrants du Hirak montre de la maturité.

Le siège de l’association a été perquisitionné et filmé, d’après nombreux témoignages notamment ceux parus sur les réseaux sociaux du Web. Cette arrestation, plus que celles qui ont déjà offusqué l’opinion locale qui s’est affranchie des blocages psychologiques.

C’est le nouveau pas qui paraît avoir franchi le point de préservation de la paix civile, car cette répression augure que le passage au tabassage de la population se dessine pour les prochains jours. Quelles nouvelles accusations farfelues sont concoctées ? Car ce cas est unique dans toutes les incarcérations qui ont lieu en Algérie.

L’association SOS-Bab-El-Oued passe un modèle en matière de citoyenneté et de travail rapproché en faveur des jeunes du symbolique quartier populaire de la capitale. Ses animateurs et bénévoles mènent des actions d’écoute et de solidarité dans un pan urbain d’Alger qui, selon nombreux témoignages, est abandonné par le pouvoir.

L’association que préside Nacer apporte du soutien scolaire irremplaçable à nombreux jeunes en difficulté par la faute des carences pédagogiques dont souffre le système scolaire du pays.

Les membres de SOS-Bal-El-Oued démocratisent la pratique et l’accès à la culture, des ateliers de musique, de théâtre et de littérature sont suivis par des dizaines d’habitants du quartier où ils opèrent et tous les âges.

Des enfants et des jeunes sont fréquemment amenés à faire des sorties dans les vergers verdoyants des banlieues verdoyantes d’Alger.

Ils permettent à des jeunes de s’épanouir. Des loisirs de tous genres sont organisés. Et ils sont toujours disponibles dans l’aide aux familles lors des épreuves que vit le peuple négligé.

Dans un commentaire sur les réseaux sociaux du web, on peut lire que lors de la perquisition, la seule chose que la police a trouvé dans le local de l’association « c’est du rêve et de l’espoir ».

3 réflexions sur “Rêve, solidarité et espoir de Nacer trouvés lors de la perquisition à SOS-Bab-El-Oued.”

  1. Ping : De quel islam l’Algérie ne perçoit plus de lumières ? – Algérie-Infos-Critiques-Droits.

  2. Ping : Rés’au Wassila demande de rendre Saïd Chetouan à sa famille. – Algérie-Infos-Critiques-Droits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *