Gisements minier Oued-Amizour

Un lanceur d’alerte avertit l’opinion sur un désastre à Oued-Amizour.

Le profil de lanceur d’alerte s’apparente souvent à un défenseur d’une cause qui est commune à tous. En exprimant un constat qui prouve un fait (ou des) inacceptable, il est d’un apport pour les médias. Il puise et fuite des vérités qu’on ne croise pas habituellement et si on ne sait pas de quoi en-est-il exactement.

Le rapport qu’a ce « dénonciateur » à sa révélation est salutaire pour qu’elle soit recommandée, comme nous le faisons ici. Indéniable il est souvent au cœur même du cas, sur lequel il livre à l’opinion, une situation de controverse. A laquelle il faut appliquer qu’elle soit connue.

Le rapport qu’a ce « dénonciateur » à sa révélation est salutaire pour qu’elle soit recommandée, comme nous le faisons ici. Indéniable il est souvent au cœur même du cas, sur lequel il livre à l’opinion, une situation de controverse. A laquelle il faut appliquer qu’elle soit connue.

Et ce n’est guère le rédacteur de la presse glanant son sujet des sources qu’il crée et fonde, en songeant à la ligne éditoriale de la salle de rédaction où il exerce.

Mais d’Internet qui a propulsé une mutation inégalée des échanges entre les êtres. Tout en associant les supports de l’actualité à l’avis implacable et critique des internautes.

Hicham Rouibah, est doctorant en économie. Il a une saine idée de combiner cette spécialité de savoir compter et projeter les rentabilités, avec l’avenir de la Terre et celui de son pays. Il a milité au Hirak comme les jeunes préoccupés de leur avenir.

Quand les corrompus bureaucrates sont au service des incompétents décideurs, ce n’est guère facile à un citoyen, aussi connaisseur de son sujet soit-il, d’expliquer les échecs trop visibles et bien souvent répétés.

D’emblée il avoue dans l’alerte qu’il vient de lancer via Facebook qu’il a déjà mis les pieds dans le plat, précisant avoir une expérience sur le site qu’il décrit. En Algérie maintes bricolages industriels ont finalement laissé le pays à la traîne et sans émergence économique.

Souvent en l’absence de maîtrise des questions de développement que commencent les incohérences qui finissent en désastre.

Ce qui devient prenant ces dernières années, les questions écologiques. Dans un pays où les militants se battent contre la dispersion des matières plastiques, il est vraiment difficile de dire, par exemple qu’une mosquée porte atteinte à la nature.

Alors se mettre sur le chemin des tenants de la gouvernance sans boussole… Pour préciser qu’un investissement public, comme celui qu’il vient de mettre en exergue dans un de ses récents « posts » sur Facebook, est nuisible, c’est la seule alerte…

Celle-là appelle pour une catastrophe ayant toutes les recettes des prédations rentières. Elle a les impacts destructeurs de l’environnement. Et comporte le bricolage économique collant au discours populiste qui pénalise l’Algérie et la génération avide d’un destin meilleur.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *