A. Tebboune avec un masque du COVID-19 sous le menton.

Tebboune revient à ses soins en Allemagne.

La présidence algérienne a annoncé que le président Abdelmadjid Tebboune est reparti en Allemagne, le dimanche 10 janvier 2021, pour poursuivre son traitement, suite aux complications au pied résultant de l’infection au coronavirus.

Avant que cette information ne soit communiquée par la présidence, les médias et nombreux observateurs scrutaient la tenue d’un Conseil des ministres pour ce dimanche 10 janvier 2021. La veille le ministre du transport a été remercié et remplacé. De même que le directeur de la radio publique chaîne-3, a subi le même sort.

A la surprise générale, le locataire du palais d’Al-Mouradiya repart en Allemagne pour, dit-on, continuer ses soins. Mais forcément, avec la médiocrité de la communication officielle, on se demande aussi, si ce n’est des complications qui ont surgi ? Car ce déplacement est venu, alors que le chef de l’Etat était attendu ailleurs et pour d’autres besoins.

Même Tebboune ne croit pas à la portée des médias publics, au point qu’il s’est adressé au public, lors de la fin de son hospitalisation, via Twitter. C’est aussi une manière de suivre la mode des réseaux sociaux du Web, qui sont de vraies tribunes directes entre la source d’expression et l’auditoire.

Mais ce n’est pas toujours le cas. Car le plus fréquent est le mépris des attentes des citoyens qui sont tenus en haleine pour des secrets de palais. Le retour nouveau en Allemagne pour des soins médicaux d’une séquelle du COVID-19, déjà signalée comme symptomatique, mais pas généralisée. Celle d’une lésion aux orteils.

Abdelmadjid Tebboune était apparu, après qu’il ait regagné le pays, le 29 décembre, à l’issue de deux mois passé en Allemagne. Il paraissait en forme. Mais avec une attelle très visible qui était à son pied droit. Ce qui a intrigué les opinions qui se demandaient quelle était l’ampleur de la séquelle ? 

Âgé de 75 ans, le président algérien était rentré chez lui, il y a juste deux semaines. Et il s’est attelé à assumer plusieurs activités, telle signer la loi de finance 2021 qui attendait sur son bureau.

Comme il a tenu les incontournables : un Conseil des ministres et une réunion du Haut Conseil de sécurité, au regard des troubles régionaux. En urgence aussi, il a promulgué la nouvelle Constitution dont le référendum, peu reluisant, s’est déroulé en son absence. Comme il a présidé une séance de travail pour l’avant-projet de loi organique du régime électoral.

Sur le front de la maladie en Algérie, alors que personne ne croit les chiffres qui sont quotidiennement donnés par le Dr Fourar, la qualité des soins est toujours lamentable et les tests bien incertains.

Ce président se targuait du meilleur système de soin en Afrique. Mais même les lésions aux orteils ne sont pas bien assez bien traitées. Et certains médecins ne savaient pas qu’existeraient de telles séquelles de ce coronavirus qui appartient à une famille déjà connue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *