80 000€ casemate de Jijel

80 000€ de la cache terroriste de Jijel proviennent de rançon payée au Sahel.

D’après les sources militaires algériennes, l’opération de ratissage est encore en cours. L’espace forestier et accidenté de l’est algérien recèle nombreuses proches du terrorisme résiduel des années noires…

L’armée algérienne est formelle, il s’agit bien d’une somme provenant de rançon payée aux terroristes au Mali pour la libération d’otages. Mais qui est aussi complétée d’une relaxation de quelques 200 islamo-criminels liés aux différents groupes agissant au Sahel.

Lors d’une opération de recherche et de ratissage menée près de la commune d’El-Ancer à Jijel en 5e Région Militaire, pas moins de 80 000 € (98 000$) ont été découverts dans la cache, près de laquelle a été appréhendé un certain Rezkane Ahcène, alias Abou-Dahdah capturé le 16 décembre. Dont nous avons diffusé l’information sur son arrestation.

Photo du site MDN.dz

Les autorités algériennes, y compris Djerad le chef du gouvernement, disent que les occidentaux ont payé une rançon contre la libération de plusieurs otages détenus par des groupes terroristes au Sahel.

Selon diverses sources médiatiques, la France nie toute implication dans les négociations avec les preneurs d’otages. Et ne reconnaît d’avoir verser des rançons pour obtenir la libération de ses citoyens kidnappés par les criminels.

Cependant pas moins de 5000 soldats français sont présents dans cette région africaine, dans d’un déploiement baptisé opération « Barkhane ». Trois hommes des contingents sur place ont été tué le 28 décembre 2020. Et quelques 43 autres ont perdu la vie depuis 2003, année de mise en place de cette intervention.

Mais après l’arrestation de ce criminel dans les maquis au cœur de l’Algérie, cette révélation a une grande part de vérité. Car la provenance de la somme a été divulguée par l’homme, présent dans les djebels depuis 1994, qui est la prise de l’armée algérienne. Après l’élimination physique de 3 autres terroristes.

Photo du site MDN.dz

Depuis la libération de Sophie Pétronin ainsi que de trois autres captifs, l’Algérie n’a pas cessé de dénoncer le marché qui a été, selon les responsables, conditionnée à celle de 200 djihadistes. Deux autres terroristes ont été arrêtés, suite à leur libération des prisons maliennes. L’un en fin de novembre 2020 à Mostaganem et le second, à Tamanrasset, en décembre en décembre.

La frontière algérienne avec les pays du Sahel est d’une distance dépassant les 2500 km. Ces étendues sont tellement vastes, ce qui les rend poreuses et impossibles à la surveiller d’une manière optimale.

Les activités terroristes ont commencé après « la décennie noire », des années 90. Quand les islamistes, après l’Afghanistan, n’ont pas réussi à créer le sanctuaire dont ils rêvaient en Afrique du nord, ils se sont déployés au sud, traversant même le Sahara.

La vulnérabilité des pays africains est un contexte leur est devenue plus propice. Ils ont fondé l’AQMI et une myriade d’organisation criminelles qui s’adonnent à toutes sortes d’actes délictuels, dont les trafics et l’attaque des voyageurs et les persécutions des habitants locaux.

1 réflexion sur “80 000€ de la cache terroriste de Jijel proviennent de rançon payée au Sahel.”

  1. Ping : 4 terroristes éliminés à Tipaza, alors pour quand l’éradication finale ? – AICD : Algérie Infos Critiques & Droiture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *