Rezkane H'cène - Abou Dahdah

Le terroriste Abou-Dahdah, au maquis depuis 1994, appréhendé à Jijel.

D’après la source militaire qui a diffusé l’information, Rezkane Ahcene surnommé « Abou-Dahdah » a été capturé le 16 décembre 2020, alors qu’il était armé d’un pistolet (01) mitrailleur de type Kalachnikov, trois (03) chargeurs de munitions, une (01) grenade et équipé d’une paire de jumelles.

Dans ses affaires a été trouvée une somme d’argent en euros de devise étrangères européennes, comme est montré avec une photo visible sur le site Internet du ministère de la défense. L’ANP (armée nationale populaire) a capturé cet ancien « djihadiste » lors d’une opération de bouclage et de ratissage dans la zone de Tamendjar, près de la commune d’El-Ancer à Jijel…

Des sites étrangers d’informations connus pour leur hostilité pour l’Algérie, qui s’associent aux bureaucrates qui dirigent le pays, dans la besogne d’isoler le pays du reste du Monde, distillent des Fake News. Il serait équipé, disent-ils, d’un lance-roquettes, de trois roquettes, d’une mitrailleuse et des munitions variées, voire même incroyable qu’un seul individu puisse en être chargé.

Au maquis depuis l’année 1994, qu’il a rejoint alors qu’il était jeune d’un peu plus de 22 ans, cet ancien militant islamiste a déjà quitté le pays, selon des sources informelles d’experts de l’islamo-terrorisme algérien. Il aurait été aperçu dans la zone sahélienne, notamment au Mali. Mais le regain de la confusion dans les institutions et les affaires politiques, alors que le pouvoir est illégitime, la reprise de la cruauté religieuse est tentée par être ranimée.

Cet élément qui a eu le temps de connaître nombreux acolytes, lors des décennies de présence par les « katibas », était connu à la suite des interrogatoires et par les dires des repentis, quand ces derniers se prononcent. Après le Sahel, il serait revenu en Algérie dernièrement, pour organiser les hordes qui sont installées dans l’est algérien.

Sur l’axe Batna, Guelma, Souk-Ahras, Tebessa, Constantine, Skikda et Jijel, cette région a abrité depuis les années de la « décennie noire » des hordes de tueurs fanatisés par le système cultuel et idéologique qui gouverne. Ici le nationalisme est devenu même confessionnel avec un fort fanatisme…

La zone allant au-delà de Sétif et Bordj-Bou-Arreridj, après la Kabylie vers l’est, jusqu’en Tunisie, celle de la 5e Région Militaire, connait une agitation inhabituelle. Une réactivation de l’activité terroriste est là. Des cellules de militants islamistes mutent en groupes de criminels, alors les anciens « émirs » comme Abou Dahdah, sont présents pour les encadrer.

En effet, alors que de jeunes citoyens, n’ayant pas pu prendre « El-Boti » pour rejoindre les pays étrangers, ils fournissent en chair à canon, depuis les mosquées, les partis islamistes et les associations dite de la « société civile », proches des cercles réactionnaires, corrompus et manipulateurs du pouvoir bureaucratique, de nouveaux groupes terroristes.

Cette arrestation prolonge une opération couverte par notre récent article, où trois terroristes ont été éliminés dans la région de Jijel. Ils ont été abattus par un détachement de l’Armée Nationale Populaire, lors d’un ratissage mené dans la localité d’Oued Bouayache, près de la commune d’El-Ancer à Jijel, en date du 01 décembre 2020.

Depuis le début de ce dernier mois de l’année 2020, le bouclage et le peignage effectue et même répète les ratissages aux environs de la ville d’El-Ancer.

2 réflexions sur “Le terroriste Abou-Dahdah, au maquis depuis 1994, appréhendé à Jijel.”

  1. Ping : 80 000€ de la cache terroriste de Jijel proviennent de rançon payée au Sahel. – AICD : Algérie Infos Critiques & Droiture.

  2. Ping : 4 terroristes éliminés à Tipaza, alors pour quand l’éradication finale ? – AICD : Algérie Infos Critiques & Droiture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *