Le vote attire 1/4 des inscrits et la constitution n’a que les 2/3 des suffrages exprimés.

La bureaucratie qui se satisfait d’une constitution votée à la hussarde, n’a que cette planche de salut, pour naviguer sur les vagues de la houle qui est le vrai climat que vit l’Algérie.

Kamel Fenniche, président du conseil constitutionnel.

Elle a impunément usurpé le 1er novembre, la date symbole des Algériens.

Si une logique pouvait exister dans ce pays livrée à l’opacité et gabegie, on commencerait par reconnaitre que l’explosion des cas du COVID-19 a été provoquée par l’élection du 1er novembre. Ainsi que par la campagne électorale…

Mais les responsabilités sont diluées, au même titre que le conseil constitutionnel annonce les résultats mais ne prononce pas sur la validité. Une constitution votée de la sorte, est-elle légale ?

Voici la dépêche de l’APS (Algérie Presse Service) :

Alger -
Les résultats définitifs du scrutin annoncés par le président du Conseil constitutionnel, Kamel Fenniche, s`établissent comme suit :
 
Nombre d'inscrits au niveau national: 23 559 320
Nombre d'inscrits y compris ceux résidents l'étranger: 24 466 618
Nombre de voix exprimées au niveau national: 5 616 481
Nombre total de votants, y compris ceux résidant à l'étranger: 5 661 551
Taux de participation: 23,84%
Bulletins nuls: 637 308
Le nombre de voix exprimées: 5 024 239
Nombre de votants par Oui: 3 356 091, soit 66,80%
Nombre de votants par Non: 1 668 148, soit 33,20%.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *